Caster Semenya dit qu’elle ne défendra pas son titre de championne du monde du 800m en septembre après un revers dans sa lutte contre la réduction du taux de testostérone chez les femmes coureuses.

Semenya a fait appel à deux reprises contre les règles de l’IAAF l’empêchant de courir sans médicaments.

Mais une décision lui permettant de concourir a été annulée.

Semenya conteste les nouvelles règles de l’organisme mondial du sport, l’Association internationale des fédérations d’athlétisme, selon lesquelles elle et d’autres athlètes ayant des différences de développement sexuel (DSD) doivent prendre des médicaments réduisant la testostérone afin de pouvoir participer à des épreuves de piste allant du 400m au mille ou changer pour une autre distance.

Semenya avait pu courir en attendant la décision d’un tribunal suisse, après avoir perdu un appel devant le Tribunal arbitral du sport (Cas) en mai dernier.

La dernière décision du Tribunal fédéral suisse l’empêche de participer aux Championnats du monde de Doha, ce qui signifie qu’elle ne sera pas autorisée à y participer.

Le tribunal n’a pas encore rendu de décision finale sur l’appel lui-même.

« Je suis très déçue qu’on m’empêche de défendre mon titre durement gagné », a déclaré Semenya, 28 ans.

« Mais cela ne m’empêchera pas de continuer mon combat pour les droits humains de toutes les athlètes féminines concernées. »

L’IAAF a déclaré que la décision du tribunal  » crée la parité et la clarté nécessaires pour tous les athlètes alors qu’ils se préparent pour les Championnats du Monde « .

Elle a ajouté : « Dans le reste de la procédure devant la SFT, l’IAAF maintiendra sa position selon laquelle il existe certains contextes, dont le sport, dans lesquels la biologie doit l’emporter sur l’identité de genre, ce qui explique pourquoi l’IAAF estime (et le TAS a accepté) que les règlements DSD sont un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné pour protéger une compétition équitable et significative dans le sport féminin d’élite ».

En mai, Semenya a interjeté appel devant le tribunal après avoir omis de faire annuler les nouvelles règles de l’IAAF par Cas.

Dorothee Schramm, l’avocate qui dirige l’appel de Semenya, a ajouté : « La décision procédurale du juge n’a aucune incidence sur l’appel lui-même. Nous continuerons à poursuivre l’appel de Caster et à lutter pour ses droits humains fondamentaux. Une course est toujours décidée à la ligne d’arrivée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *