De retour de l’UTMB France, Hamdan al Khatri se prépare pour Oman par l’UTMB

Il peut se faire passer pour n’importe quel autre employé de bureau et sa démarche n’est pas un cadeau, mais Hamdan al Khatri, 30 ans, est un athlète de course à pied puissant, taillé pour la longue distance, qui fait partie de sa vie depuis quelques années.

Hamdan était le seul participant d’Oman à l’UTMB Chamonix (France) la semaine dernière où il s’est classé 202e parmi 1 900 coureurs, réalisant 16 heures et 47 minutes sur une distance de 101 km.

Il a maintenant posé les yeux sur la course de 170km Oman by UTMB qui se déroulera dans la chaîne du Hajar en novembre prochain.

Hamdan n’a commencé à courir qu’en 2015. Il a découvert ce côté de lui-même par hasard au cours d’un cours de remise en forme et a trouvé que c’était un grand motivateur. Cela lui a appris à mettre ses propres capacités à l’épreuve et à placer la barre de plus en plus haut, dit-il. La forme physique n’était qu’un sous-produit de ce passe-temps.

Hamdan, comptable au ministère de la Défense, a pour philosophie de croire en soi et de relever les défis sans se soucier des résultats. Dans l’affaire, chaque individu découvre des facettes cachées de sa personnalité, dit-il.

Sa première course n’a été qu’une course de 10 km au Royaume-Uni en 2016, qu’il a complétée en 37 minutes. Depuis, il a fait des recherches sur les différents marathons auxquels il a participé, comme le marathon de Muscat, le marathon du désert et la première édition d’Oman par l’UTMB l’année dernière, pour améliorer son propre record et son niveau de forme.

« J’essaie de trouver un équilibre entre le temps que je passe au travail, avec ma famille et la course. Ma famille sait que je suis fou de course à pied et qu’il n’y a rien qui m’arrête, alors ils me soutiennent dans toutes mes entreprises. Je suis comptable et j’ai des objectifs à atteindre chaque jour et je n’ai aucun congé supplémentaire à ma disposition. Alors je dois profiter de mes week-ends et de mes vacances pour continuer à courir. »

Soulignant que la gestion du temps est l’une des principales leçons qu’il a tirées de la course à pied, Hamdan estime que son hobby l’a rendu plus concentré et plus conscient du temps dans tout ce qu’il fait, que ce soit au travail ou à la maison. Le marathon en France avait une heure limite d’environ 26 heures, mais Hamdan dit avoir réussi à le terminer en moins de 17 heures.

Faisant la distinction entre les marathons en France et à Oman, Hamdan a fait remarquer que le terrain rocheux d’Oman rendait les choses plus difficiles que la France qui avait de meilleures pistes de boue. De plus, le climat est très différent – il faut faire face à la chaleur à Oman alors que la France est froide.

Il a complété le marathon de 101 km en France en moins d’une journée, et s’est fixé un objectif de 24 heures pour compléter les 170 km d’Oman par l’UTMB en novembre, après avoir commencé à s’entraîner vigoureusement chaque week-end pour la même chose. Il est également à la recherche d’un entraîneur approprié qui pourrait l’aider en formulant son régime de conditionnement physique ainsi qu’en régulant sa nutrition et son alimentation.

Faisant appel aux jeunes pour qu’ils se lancent dans la course à pied en Oman, Hamdan a fait remarquer qu’elle n’a commencé à se redresser que récemment.

C’est la raison pour laquelle très peu de gens d’Oman peuvent être considérés comme des participants à certaines des courses de sentiers prestigieuses et difficiles dans le monde entier.

« Nous devons sensibiliser davantage les gens à la course de trail à Oman « , ajoutant qu’elle a un double objectif : la forme physique et le respect de l’environnement. La plupart des coureurs du monde entier sont soucieux de l’environnement et portent un message universel de protection de l’environnement partout où ils vont, a-t-il dit.

Lors de ses voyages dans différents pays pour des courses de trail, Hamdan a eu l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes intéressantes, d’apprendre de nouveaux aspects de différentes cultures, de s’inspirer des efforts des autres et d’être capable de réfléchir sur ses propres capacités. Il a rencontré des participants ayant des membres artificiels et un âge avancé et leur détermination l’a encouragé à faire mieux, a-t-il dit. Hamdan a également été une sorte d’ambassadeur culturel d’Oman et a invité de nombreuses personnes à venir découvrir Oman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *